Bordeaux : pour une ambition culturelle renouvelée

Vœu proposé par le groupe « Bordeaux Ensemble » à l’attention de l’ensemble des groupes du Conseil Municipal de la ville de Bordeaux

Pour une ambition culturelle renouvelée

Du poète Ausone jusqu’à François Mauriac, en passant par Montaigne et Montesquieu, SIGMA et la création du CAPC, le lien entre Bordeaux et la création artistique est intime. Depuis 10 ans, le visage culturel de Bordeaux s’est beaucoup transformé : notre ville est aujourd’hui identifiée pour son offre culturelle et son patrimoine reconnu par l’UNESCO.

Premier ou deuxième budget de la ville suivant les exercices, la culture occupe une place remarquable parce qu’elle se trouve au carrefour des développements économique, social, éducatif et citoyen. Elle est un ingrédient indispensable à l’épanouissement de chaque Bordelaise et de chaque Bordelais. La culture participe également pleinement à la création de richesse, au développement économique et au rayonnement international de Bordeaux.

De nouveaux lieux, publics ou privés, ont été ouverts ou réouverts au public dans les quartiers bordelais : l’auditorium, les Archives, la bibliothèque de Caudéran, le Museum, la salle des fêtes du Grand Parc, l’Annexe B, les Bassins de Lumières, POLA, Darwin, l’Institut Magrez, le CDCN la Manufacture… D’autres sont en projet : la rénovation de la RockSchool, de l’école du cirque, du musée d’Aquitaine et du MADD…etc…

Entre 2014 et 2020, malgré la crise sanitaire et grâce à l’ouverture des Bassins de lumières notamment, le public qui fréquente les lieux municipaux a doublé pour bientôt atteindre le million de visiteurs.

Des évènements sont nés (la saison culturelle, le FAB…), des lieux ont été labélisés, des compagnies et collectifs se sont créés…autant d’indicateurs positifs qui révèlent la vivacité du terreau artistique bordelais et métropolitain.

Pour autant, les graves crises que la France et le monde traversent nous obligent à aller plus loin. L’élection d’une nouvelle majorité municipale légitime également l’établissement d’une nouvelle feuille de route culturelle.

A cela s’ajoute une crise sanitaire inédite. C’est peu dire que le monde culturel traverse une immense épreuve. Rarement les difficultés auront été aussi nombreuses et concomitantes : fermeture des lieux, disparition des recettes, impossibilité de voyager, de diffuser et parfois de créer, manque criant de visibilité dans le temps et, peut-être est-ce le plus grave, une société profondément fracturée qui rend l’acte de création infiniment plus complexe.

Pour relever ce défi, notre groupe souhaite tout d’abord proposer une convention citoyenne pour la culture et le patrimoine afin d’associer les Bordelaises et les Bordelais, pas seulement les artistes et les associations, à la définition d’une nouvelle feuille de route culturelle.

Nous souhaitons également proposer plusieurs orientations :

  • A court terme, pour faire face à la crise :

-garantir la survie financière de toutes les associations grâce au nouveau fonds d’urgence ;

créer une Commission de l’Urgence Culturelle qui pourrait prendre la mesure réelle et chiffrée des dégâts causés par la crise sanitaire, proposer des mesures d’urgence et en assurer le suivi ;

-bâtir un plan de soutien à la relance de l’activité culturelle tout au long de l’année 2021;

-créer un “pass culture” bordelais pour soutenir les lieux et les artistes ;

-anticiper un nouveau confinement avec l’établissement d’un protocole strict, en lien avec l’Etat, pour éviter une fermeture sèche de tous les lieux ;

 

  • A moyen et long terme, pour aller plus loin :

– se doter d’une nouvelle « feuille de route » débattu en Conseil Municipal, capable de projeter la Ville de Bordeaux à l’aune de ces nouveaux défis, en concertation avec les artistes et les citoyens ;

rendre la culture toujours plus accessible et s’engager pour les droits culturels. Quelques exemples de projets que nous proposons : créer un orchestre d’enfants par quartier, un 2d dimanche gratuit dans les musées, proposer à 100% des enfants bordelais une action d’éducation artistique et culturelle (75% actuellement), créer un service municipal de médiation présent dans tous les quartiers…

-améliorer la condition des artistes et des auteurs dans notre ville en soutenant la création. Quelques exemples de projets que nous proposons : créer une maison des artistes-auteurs, pérenniser et augmenter le fonds d’aide à la création et à l’innovation, créer de nouveaux logements-ateliers d’artistes…

-renforcer nos institutions et valoriser notre patrimoine. Quelques exemples de projets que nous proposons : faire du musée d’Aquitaine un véritable « musée-monde », engager un nouveau plan de rénovation du patrimoine bordelais, rénover l’EBABX et le MADD, écrire une nouvelle page de l’histoire du CAPC…

***

C’est du dialogue entre l’impulsion politique et la totale liberté de création laissée aux acteurs que naît la politique culturelle. Avec ces propositions, non-exhaustives et amendables, concertées avec des associations et des artistes, nous souhaitons manifester notre intention de soutenir une ambition culturelle renouvelée.

Un été à Bordeaux

Cet été 2020, Bordeaux s’anime de multiples projets culturels, sportifs, éducatifs, solidaires… En raison du contexte sanitaire, beaucoup de Bordelais opteront pour des vacances locales ; c’est pourquoi la Ville déploie un plan d’actions hors normes pour permettre à tous ses habitants de se divertir, d’apprendre et de (re)découvrir leur ville. « L’été à Bordeaux 2020 » affiche un programme généreux et inédit de divertissements et de découvertes pour la plupart gratuites et accessibles au plus grand nombre. Des dispositifs particuliers seront également mis en place pour accompagner les plus vulnérables.

 

La culture hors les murs

Pendant la crise sanitaire, la Ville de Bordeaux a fait du maintien de l’accès à la culture pour tous l’une de ses priorités, avec le plan « Gardons le lien avec la culture ». La programmation sera poursuivie et amplifiée durant toute la période estivale, avec plus de 80 propositions artistiques et culturelles réparties sur l’ensemble des 8 quartiers.

L’ensemble des établissements culturels municipaux ouvriront leurs portes gratuitement tout l’été.

– Des festivals de musique :
• Relâche / « Soul tram » et « Siestes musicales » : DJ sets dans les tramways et « siestes musicales » dans différents lieux ;
• Bordeaux Open Air / « Marchés en musique » : Mise en musique ponctuelle et impromptue des marchés de la ville ;
• L’Orangeade : Caravane musicale dans la ville ;
• Banzaï Lab : DJ sets et animations (playlists participatives, bingo dansant, spectacles petites jauges…) ;
• Bordeaux Rock : Projections de documentaires musicaux (en collaboration avec l’Utopia et le FIFIB).

– Des impromptus théâtraux dans l’espace public

– Des balades patrimoniales décalées :
• Balades Urbaines : Une trentaine de propositions de parcours essentiellement hors centre-ville, du 2 juin au 12 juillet ;
• L’alternative urbaine : Des balades mélangeant les interventions de leurs éclaireurs et des interventions surprises des comédiens ;
• Pétronille : Des visites consacrées au patrimoine et à la biodiversité.

– Un été visuel et cinéphile :

• Festival Les Tropicales : Retour fin août avec des projections en plein-air ;
• Association Föhn : Exposition d’œuvres d’art dans des vitrines ;
• Opéra National de Bordeaux : Expositions « Plus que parfaits : métamorphoses des corps en scène » ;
• Musical Écran : Projections en plein-air dans la cour Mably ;
• Trafic / « Musique & Ciné plein-air » : Cycle de cinéma en plein-air et de ciné-concerts sur la Dalle du Pertuis, de mi-juin à mi-août.

– Un été littéraire :
• Les bibliothèques rouvriront progressivement et proposeront un cycle de lectures en plein-air.
• Lettres du monde : Du 1er juillet au 4 septembre, le public est convié pour écouter, dans des lieux insolites, des extraits d’œuvres d’écrivains étrangers lus par des comédiens bordelais.

– Des projets au long cours :
• « L’été au Parc Rivière » : Théâtre de rue, concerts, danse, spectacles jeune public, ateliers participatifs, activités sportives, jeux, débats et convivialité sont au programme.
• Exposition sur les grilles du Jardin Public : 6 artistes bordelais ont photographié leur confinement.
• Les impromptus d’été de l’OHB : L’Orchestre d’Harmonie de Bordeaux propose une trentaine de concerts gratuits de ses musiciens en formation réduite.

Un été sportif

Pour permettre à ses habitants de retrouver les bienfaits du sport en toute sécurité, la Ville de Bordeaux organise la reprise des activités physiques dans le respect des consignes sanitaires fixées par le ministère des Sports.

– Activités nautiques et piscines :
• Plage du Lac : baignade surveillée de 12h à 20h du 1er juin au 30 septembre, sur réservation ;
• Piscines : ouverture de la piscine Stéhélin depuis le 2 juin, piscines Judaïque Jean Boiteux, Tissot et Grand-Parc à partir du 15 juin, sur réservation.

– Équipements sportifs et terrestres :
• Pratique en club : L’athlétisme, le tennis et le golf ont déjà repris depuis le mois de mai.
• Pratique individuelle et autonome : Les sites extérieurs sport pour tous (Stade Stéhélin, Charles Martin et Chauffour, Parc Lescure, Plaine des Sports Colette Besson) proposeront des créneaux d’ouverture estivaux afin de favoriser leur mise à disposition au plus grand nombre. Les skate-parks, city stades et aires de renforcement musculaire rouvriront le 22 juin.
• Quai des sports (25 juillet – 23 août)


Un cadre de vie amélioré

– « Sortez vos tables » : La mairie mettra à disposition des tables et des chaises et sécurisera l’accès aux rues afin d’organiser des moments de partage entre voisins.
– Quartiers jardinés : Des installations d’espaces potagers sont en cours à la Benauge, Carle Vernet, aux Aubiers, à Claveau et Saint-Michel. Au moins un nouveau projet sera mis en place cet été dans chacun des quartiers Politique de la Ville.
– Plan de propreté urbaine : 20 vacataires supplémentaires sont recrutés pour garantir la propreté de la ville tout l’été ; le lavage-balayage des sites prioritaires est maintenu au moins deux fois par semaine.
– Renforcement de la présence policière en prévention : opérations sur des spots de deal et lutte contre les rodéos, 2 binômes de médiateurs supplémentaires et renforcement de la présence de la Police municipale pour le Quai des sports, médiation nocturne dans l’espace public… Le maire de Bordeaux a également interpelé l’État sur les cambriolages dans certains quartiers.

« Un air de Bordeaux », des vacances près de chez nous

À pied ou à vélo, l’Office de Tourisme repense son offre pour séduire les Bordelais et les inviter à porter un regard neuf sur leur ville.
– Visites : Monuments incontournables (la Flèche Saint-Michel avant sa fermeture pour travaux en novembre, le Grand Théâtre et sa traditionnelle exposition estivale du 4 juillet au 6 septembre…), cap sur les Bassins à Flots pour découvrir la Cité du Vin, le Musée de la Mer Marine et les Bassins de Lumières (inclus dans le Bordeaux Métropole City Pass), châteaux de la métropole…
– Grand air : La métropole est dotée du premier GR® métropolitain de France (160 km de chemins balisés traversant 17 communes). 291 km de pistes cyclables et voies vertes traversent Bordeaux, sans oublier les parcs et jardins (parc des Angéliques, parc Palmer, Majolan, Ermitage, Cypressat…).

Un été pour apprendre

– Ouverture des écoles : Pour permettre aux élèves des zones prioritaires de conjuguer rattrapage scolaire et détente, des enseignants volontaires pourront accueillir les écoliers les matins des 15 premiers jours de juillet et des 15 derniers d’août. Une médiation auprès des familles des décrocheurs sera déployée, ainsi que du prêt de matériel et du tutorat si besoin.
– Colonies apprenantes : 300 enfants (6-15 ans) seront accueillis dans des centres labellisés.
– Ouverture d’un centre de loisirs par quartier et mise en place de projets pédagogiques ludiques sur les thèmes de la culture, du sport, du développement durable et de la vulgarisation scientifique. Dans les quartiers prioritaires, les places seront augmentées pour ne refuser aucune inscription. 15 médiateurs de quartier permettront de conserver le lien avec les familles et le dialogue autour des questions éducatives.

Et aussi un été solidaire

– Pour les seniors :
• Poursuite du plan canicule activé pendant le confinement et appels via la Plateforme autonomie seniors ;
• Portage de repas à domicile sur demande ;
• Reprise de la restauration collective et redémarrage progressif des animations (animations « à distance » maintenues) dans les résidences ;
• Assouplissement progressif des procédures de visites dans les Ehpad.

– Dans les quartiers prioritaires :

• Mise à disposition de wifi public à très haut débit gratuit dès le 1er juillet (1 borne au Grand-Parc, 1 à la Benauge et 2 aux Aubiers ; d’autres secteurs sont à l’étude) ;
• Don de matériel numérique reconditionné à 200 familles ;
• Subvention de la connexion : La Ville travaille pour permettre un accès à très bas coût voire gratuit aux familles dotées de matériel (partenariat avec Emmaüs Connect) ;
• Réouverture de SÉSAME ;
• Déploiement de l’application TINKIET pour lutter contre la fracture numérique en facilitant l’accès et l’utilisation de services numériques « essentiels » à destination des personnes actuellement éloignées des usages et outils numériques ;
• Jobs saisonniers agriculture-viticulture pour les 17-25 ans ;
• Allocation de bourses pour les jeunes de 18 à 25 ans en contrepartie de leurs actions en faveur de leur quartier (500 € pour financer BAFA et permis de conduire en contrepartie de 88 h d’animation pour les jeunes ; 300 € pour financer des loisirs en contrepartie de 60 h d’aides aux personnes vulnérables).

 

Bordeaux adopte des mesures d’urgence pour soutenir les acteurs culturels

Pour limiter la propagation du virus Covid-19, l’Etat a pris depuis plusieurs jours des mesures sanitaires destinées à protéger les Françaises et les Français. Ces mesures, qui ont un impact direct sur l’ensemble de l’activité du pays, touchent particulièrement les acteurs culturels.

Le secteur entier est très fortement impacté par les conséquences de l’épidémie : salles fermées, spectacles et festivals annulés font peser de lourdes menaces sur la pérennité de nombreuses structures et affectent d’ores et déjà l’emploi local, tout particulièrement celui des intermittents du spectacle. Le Maire de Bordeaux, Nicolas Florian s’est entretenu avec Edouard Philippe, Premier Ministre, pour notamment attirer son attention sur la nécessité de prendre des mesures particulières pour les intermittents.

Dès le 19 mars, la ville de Bordeaux, via sa Direction générale des affaires culturelles, a activé une veille (grâce à un groupe WhatsApp et une boucle e-mail) permettant un accompagnement au plus près des besoins du secteur.

Plusieurs objectifs ont été fixés :
• partager l’ensemble des informations relatives aux dispositifs mis en place par l’Etat ;
• faciliter la mise en relation avec les référents des organismes nationaux ;
• recenser les impacts financiers de cette crise sanitaire par le biais d’une prise de contact téléphonique par chacun des services de la DGAC auprès des opérateurs culturels financés par la Ville
Pour recevoir ces informations, vous pouvez vous inscrire auprès de Mme Fontana (a.fontana@mairie-bordeaux.fr)

Nous avons un objectif ambitieux qu’aucune association partenaire de la ville ne périclite des conséquences de cette crise sanitaire.

Compte-tenu de cette situation exceptionnelle, la Ville de Bordeaux se mobilise par la mise en place de plusieurs mesures d’urgence, complémentaires de celles proposées par l’Etat :

• le versement des subventions allouées, en fonctionnement et au projet, même en cas d’annulations de manifestation ou de l’action prévue ;
• au cas par cas, l’accélération de leur paiement pour faire face à d’éventuelles difficultés de trésorerie ;
• la suspension du recouvrement des loyers ou redevances non encore perçus dans le cadre de la mise à disposition de locaux ;
• le maintien de tous les engagements pris par la Ville dans ses propres productions culturelles : achat de spectacles, de prestations diverses, de commandes.

Ces mesures sont d’application immédiate et seront valables pendant toute la durée de la crise sanitaire, prolongée de 2 mois.

Un fonds de soutien municipal exceptionnel aux associations du territoire sera également constitué, dont le montant et les modalités sont en cours de définition, qui permettra de soutenir de façon déterminée tous les acteurs associatifs dont la pérennité est mise en cause par la crise.

Au-delà, la Ville de Bordeaux travaille en articulation étroite avec Bordeaux Métropole, afin que les besoins du secteur culturel soient pris en compte dans le cadre de dispositifs métropolitains. En particulier, Bordeaux Métropole élabore, en complément de la Région, un fonds de soutien auquel les entreprises culturelles seront éligibles.

Ce fonds s’adressera en particulier aux petites et moyennes structures qui connaissent des difficultés de trésorerie de nature à compromettre la continuité de leur activité. La Chambre de Commerce et d’Industrie de Bordeaux a également mis en place un numéro unique destiné aux entreprises en difficulté : 05 56 79 50 00.

Pendant cette période de confinement, l’accès à la culture est aussi l’une de nos priorités. Malgré la fermeture des établissements culturels, une grande partie des collections des musées municipaux est toujours disponible en ligne.

En complément, pour renforcer encore le lien quotidien avec les Bordelais, petits et grands, une œuvre remarquable issue des collections des musées de la Ville, de la Bibliothèque, du Jardin Botanique ou même proposée par des opérateurs culturels locaux, est mise en valeur chaque jour sur bordeaux.fr et les réseaux sociaux avec #CultureChezNousBordeaux. Nous pouvons relayer toutes les initiatives que vous prendrez dans ce domaine.

Pour nous protéger, et protéger les autres, nous devons respecter scrupuleusement les règles du confinement et adopter les gestes barrières. Conserver un accès à l’art doit nous permettre de traverser plus facilement cette période difficile.

Nous devons également garder espoir : après cette crise, la culture jouera un rôle majeur pour que chacune et chacun d’entre nous retrouve sa place dans une société nécessairement changée.

Emotion et impatience – Les Bassins de Lumières.

Nous présentions avec Nicolas Florian les Bassins de Lumières à la presse. Un nouvel espace totalement immersif, qui vient diversifier l’offre culturelle bordelaise et affirme les Bassins à Flot comme nouveau pôle culturel !

Un site unique…

En 2018, Culturespaces se voit confier par la ville de Bordeaux 4 alvéoles de la Base sous- marine, dans le cadre d’une délégation de service public, afin d’y créer un centre d’art numérique. Après avoir développé les Carrières de Lumières aux Baux-de-Provence et créé l’Atelier des Lumières à Paris, Culturespaces, souhaite y présenter chaque année 4 expositions numériques immersives consacrées à des artistes classiques modernes et contemporains ainsi qu’un festival d’art immersif.

Deux ans plus tard, après d’importants travaux réalisés, les Bassins de Lumières ouvriront leurs portes au public, le 17 avril 2020 avec 3 expositions inaugurales.

Le site bordelais représentent 3 fois la surface des Carrières de Lumières des Baux-de-Provence et 5 fois l’Atelier des Lumières de Paris.

Les expositions numériques épouseront l’architecture monumentale de la Base sous-marine et se reflètent dans l’eau des quatre immenses bassins ajoutant ainsi une nouvelle dimension à l’expérience immersive. La visite s’effectuera sur des passerelles au-dessus de l’eau et le long des quais des gigantesques bassins. Ici, le numérique magnifie les œuvres, sans les dénaturer. Il permet aussi de faciliter le travail de médiation élément essentiel du projet puisque le Bassins de Lumières accueillera de nombreux scolaires.

…A disposition des talents locaux

Nous souhaitions rendre cet espace accessible aux talents locaux. Un espace pour la création contemporaine locale « Le Cube » permettra à des collectifs ou artistes bordelais d’exposer dans ce lieu unique.

En chiffres :
• 4 bassins de 110 m de long, de 22 m de large et 12 m de hauteur – 13 000 m2 de superficie totale
• 12 000 m2 de surface de projection
• 3 000 m2 de surface de déambulation
• 90 vidéos projecteurs et 80 enceintes

La création de 6 nouveaux éléments
• Le Cube : un espace insonorisé et isolé de 220 m² et 8 m de haut pour une expérience à part et la mise en avant d’artistes spécialisés dans l’art immersif à partir de créations contemporaines.
• La Citerne immersive : un espace de 155 m² et de 7 m de haut pour s’asseoir et s’allonger afin de découvrir les expositions numériques autrement,
• Les Grandes Bouées d’amarrage : pour la projection d’images de l’exposition sur l’eau,
• Un espace Musée : pour présenter l’histoire de la Base sous-marine,
• Un espace Pédagogique : pour créer le lien entre les musées et œuvres d’origine qui ont permis la réalisation des expositions numériques et pour apporter tous les éléments nécessaires à la compréhension de l’exposition immersive,
• Une mezzanine, une scène et des gradins : pour proposer différents points de vue en hauteur.

La programmation 2020 – Autour des bassins
« Gustav Klimt, d’or et de couleurs » – Programme long
Pour leur ouverture, les Bassins de Lumières, présenteront une création artistique de Gianfranco Iannuzzi, Renato Gatto et Massimiliano Siccardi. L’exposition traverse un siècle de peinture viennoise et offre un regard original sur Gustav Klimt et la Sécession viennoise à travers des portraits, paysages, nus, couleurs et dorures. Klimt s’impose à la tête de ce courant qui aspire à l’«art total» et ouvre la voie à la peinture moderne. Les visiteurs plongent dans la Vienne impériale de la fin du XIXe siècle et découvrent des chefs-d’œuvre en grand format tels que le célèbre Baiser.

« Paul Klee, peindre la musique » – Programme court

Cette exposition immersive est dédiée aux œuvres colorées et abstraites de l’artiste allemand, Paul Klee. Peintre mais aussi musicien et professeur, l’exposition immersive rend hommage aux deux passions de Klee. Sur des airs de la Flûte enchantée, l’exposition numérique souligne la richesse d’imagination du peintre-musicien, considéré comme l’un des artistes majeurs de la première moitié du XXe siècle.

La programmation 2020 – Dans le cube dédié à la création contemporaine
« Ocean Data »
Dans le Cube, un espace à part, les visiteurs découvrent « Ocean Data » qui fait appel à l’Intelligence Artificielle. La création se compose de millions de données captées dans la mer pour former une œuvre digitale unique où formes, lumière et mouvements sont générés à travers un algorithme. Une œuvre qui mêle art, science et technologie pour une expérience contemplative.

« Anitya »
Le collectif bordelais Organ’Phantom retrace l’histoire de la Base sous-marine. Cette création est une exploration dans différentes temporalités du lieu, au départ teintée de l’occupation, de l’industrie militaire, puis ensuite laissé à l’abandon avant d’être enfin réinvesti par la vie et la culture.

Tout en gardant la force de son histoire, la Base sous-marine devient un site culturel majeur de bordeaux… et bientôt le plus grand potager de France ? C’est le souhait de Nicolas Florian qui fait l’engagement de transformer le toit de la Base sous-marine en potager géant « nous viendrons nourrir les esprits à l’intérieur, et les corps à l’extérieur ! »

Bordeaux, ville de cultures – 30 propositions pour la culture, les artistes et le patrimoine

« Ces dernières années, l’offre culturelle bordelaise s’est considérablement transformée et diversifiée. Dans la continuité de cette action, je souhaite fixer de nouvelles priorités pour rendre la culture plus accessible et améliorer la condition des artistes et des auteurs dans notre ville. Je m’engage à organiser dès juin 2020 les « Etats Généraux des arts, de la culture et du patrimoine » pour co-construire notre nouveau Document d’Orientation Culturelle »

Nicolas Florian, Maire de Bordeaux

 

Après la signature d’une tribune par une cinquantaine d’acteurs culturels bordelais appelant la politique culturelle municipale à “répondre aux besoins ou attentes de l’ensemble de la population et être un outil de sa cohésion”, Nicolas Florian détaillait aujourd’hui ses 30 propositions pour la culture, les artistes et le patrimoine

LA CULTURE ACCESSIBLE A TOUS : S’ENGAGER POUR LES DROITS CULTURELS

1. Créer un orchestre d’enfants par quartier grâce au Conservatoire

2. Proposer à 100% des enfants bordelais une action d’éducation artistique et culturelle

3. Proposer un 2d dimanche gratuit dans les musées

4. Créer un service municipal de médiation présent dans tous les quartiers, chargé de faire le lien entre l’offre culturelle et le public

5. Favoriser la diffusion artistique dans l’espace public et soutenir l’émergence en créant un réseau d’espaces municipaux dédiés (Théâtre Inox, Pergola…)

6. Encourager et valoriser les pratiques amateurs grâce à des « conservatoires » dédiés aux arts vivants dans les quartiers, en lien avec les centres d’animation et les maisons de quartier

7. Installer et rénover l’Ecole du cirque de Bordeaux et la Cie Bivouac dans le quartier des Aubiers afin d’en faire un pôle d’excellence ouvert sur le quartier

8. Faire du square Dom Bedos à Bordeaux Sud une « halle des arts »

9. Soutenir la création d’un portail métropolitain de l’offre culturelle pour informer les habitants sur offres de spectacles, d’expos, formations artistiques… avec un focus sur les propositions pour les enfants

10. Reconnaître à chacun des « droits culturels » :

– en créant un appel à projet “Culture(s) et solidarités” afin de toucher des personnes éloignées de la pratique culturelle et de l’offre existante

– en ouvrant le budget participatif aux projets culturels – en rénovant les bibliothèques de quartier (Bacalan et Jardin Public), véritables lieux de mixité sociale

11. Créer un nouveau pôle culturel à La Benauge avec la bibliothèque, l’antenne du Conservatoire et un nouveau théâtre sur la rive droite

 

SOUTENIR LES ARTISTES, LA CREATION, L’INNOVATION ET L’EMERGENCE

12. Pérenniser et maintenir les crédits du Fonds d’aide à la création, la production et l’innovation au service de toutes les disciplines artistiques

13. Renforcer le soutien au spectacle vivant (théâtre, danse, cirque) insuffisamment présent dans la Métropole en créant notamment un lieu de FABrique, en rénovant le Glob Théâtre aux Chartrons et la Manufacture à Bordeaux Sud

14. Créer une « maison des artistes-auteurs », pluridisciplinaire, avec des bourses et des résidences

15. Ouvrir les « Bassins de Lumière », centre d’art numérique dans la Base Sous-Marine à Bordeaux Maritime (17 avril 2020)

16. Créer une pépinière d’entreprises culturelles à Saint-Genès proposant des bureaux et un accompagnement à la structuration

17. Permettre aux artistes de travailler et de se loger dans Bordeaux en créant de nouveaux logements et ateliers dans les quartiers

18. Rénover la Rock School Barbey pour en faire un lieu ouvert et un incubateur de la création musicale au service de toutes les musiques amplifiées

19. Mieux accompagner les festivals et évènements, notamment en adaptant les horaires de transport en commun

20. Refonder l’Escale du Livre, notre salon du livre au cœur d’un monde littéraire et de l’édition toujours plus dynamique

21. Créer un lieu dédié au cinéma et à la photographie, qui s’appuiera sur un espace de diffusion, d’exposition, de formation, de réflexion & de rencontres autour de l’image et de l’image en mouvement

 

RENFORCER NOS INSTITUTIONS, VALORISER NOTRE PATRIMOINE

22. Faire du Musée d’Aquitaine un véritable « musée-monde » ouvert sur la cité et porteur d’un message universel et civilisationnel grâce à ses collections très diversifiées et au tombeau présumé de Michel de Montaigne

23. Accueillir la « Maison du dessin de presse et de la caricature » voulue par le Ministère de la Culture dans l’hôtel de Ragueneau, en centre-ville, en proposant notamment un toit aux artistes menacés dans leur pays

24. Pérenniser l’organisation des saisons culturelles biennales, sur un thème fédérateur (« Bienvenue » en 2021)

25. Soutenir nos institutions d’excellence (Opéra National, Théâtre National de Bordeaux Aquitaine, Arc en Rêve-Centre d’Architecture, Musée des Beaux-Arts…) qui doivent s’ouvrir toujours plus fortement sur la cité et toucher de nouveaux publics, notamment les plus jeunes

26. Rapprocher le Jardin botanique à La Bastide et le Muséum au Jardin Public, avec deux sites de part et d’autre de la Garonne, pour vulgariser la culture scientifique et donner une lecture du vivant et de la biodiversité à l’heure où notre planète est menacée

27. Engager un nouveau plan de rénovation du patrimoine bordelais pour le rendre accessible à tous, et démarrer la rénovation de la flèche Saint-Michel, de l’orgue de l’église Saint-Paul…

28. Rénover l’Ecole Supérieure des Beaux-Arts qui forme les plasticiens et designers de demain

29. Affirmer le rôle majeur du Musée des arts décoratifs et du design grâce à des travaux de restructuration pour en faire un lieu de référence en matière de design

30. Ecrire une nouvelle page de l’histoire du CAPC grâce à l’arrivée d’une nouvelle directrice pour renforcer son rôle de centre/musée d’art contemporain ouvert sur la ville et accessible au plus grand nombre

Une saison culturelle réussie qui en appelle d’autres

Durant 2 mois la Liberté a posé ses valises à Bordeaux. Elle y a été célébrée, questionnée, magnifiée avec des artistes de tous horizons. Ce thème fort a permis de confronter et conjuguer les points de vue.

La saison culturelle 2019 a été marquée par la montée en puissance du nombre de créations mettant en lumière les forces culturelles du territoire.

A travers des idées audacieuses, le patrimoine bordelais a été revisité. Je pense ici à la réouverture du Temple des Chartrons avec l’exposition de l’artiste espagnol Gonzalo Borondo, et des anciennes archives municipales par le collectif Yes We Camp. Ces idées ont trouvé leur public puisque 30 000 personnes se sont déplacées pour l’exposition Merci de Gonzalo Borondo et l’Hôtel Ragueneau a lui accueilli plus de 25 000 personnes. Vous aurez l’occasion de profiter encore quelques jours du magnifique travail de l’artiste espagnol puisque le temple sera ouvert les week-ends jusqu’au 22 septembre pour les journées européennes du patrimoine.

Autre particularité de cette saison culturelle, l’espace public est devenu espace de création pour les artistes. Le spectacle chorégraphique Horizon de Raphaëlle Boitel qui mêla vertige et équilibre sur les toits du Grand-Théâtre illustre cette volonté.

Cette réussite fut possible grâce au concours de nombreux partenaires notamment la fondation Gandur et la Cité de la Bande Dessinée pour l’exposition du Capc « Histoire de l’art cherche personnages… » ou encore le Musée du Louvre pour l’exposition « La passion de la Liberté. Des Lumières au romantisme ».

C’est aussi une mise en lumière pour les forces culturelles du territoire. Des collaborations inédites ont vu le jour entre les opérateurs culturels bordelais tel que Chahuts, la Manufacture CDCN, l’Opéra de Bordeaux, Alimentation Générale avec le Jardin Botanique…

Avec ses 600 000 visiteurs en 2019, la saison culturelle est plus qu’un événement, c’est un véritable laboratoire culturel, un outil de développement et d’innovation.

 Cet insaisissable esprit de Liberté continuera à guider Bordeaux quelques jours avec de nombreuses prolongations organisées pour les expositions phares de la saison. La conclusion sera orchestrée par Bartabas artiste indomptable et imprévisible, qui, 35 ans après sa création sur la place des Quinconces, présentera la dernière et ultime création du théâtre équestre ZINGARO.

Nous souhaitons pérenniser à l’avenir les saisons culturelles et j’ai le plaisir de vous annoncer dès aujourd’hui que nous referons une saison culturelle en 2021 portant sur les thématiques de l’hospitalité, si chères à notre territoire, avec un regard ouvert sur l’extérieur qui correspond parfaitement à notre histoire et à nos valeurs.

En effet, après avoir exploré le tracé de la ligne à grande vitesse en 2017, avec les paysages ferroviaires, dessinant une verticale du territoire du nord au sud, exploré la façade Atlantique et créé une ligne horizontale plein ouest en 2019, voguant librement entre l’estuaire et l’océan, Bienvenue Bordeaux 2021 du 25 juin au 25 août 2021, esquissera une saison culturelle estivale, en forme d’invitation au voyage vers le cœur du territoire, à l’est, au creux des vignes et de la terre, en immersion dans cette « art de vivre bordelais » ouvert au monde.

Liberté ! Bordeaux 2019 : un succès inaugural qui en annonce d’autres

Vernissages, concerts, spectacles en plein air, installations artistiques… Bordeaux est en effervescence alors que se termine la semaine inaugurale de la saison culturelle « Liberté ! Bordeaux 2019 ». Les Bordelais étaient au rendez-vous pour découvrir le lancement de ce temps fort biennal grâce à la Fête du Fleuve.  

 

Durant cette semaine, j’ai eu le plaisir de participer à de nombreuses inaugurations. C’est une  grande fierté de voir notre ville accueillir des artistes d’envergure internationale venus célébrer la Liberté. Nous ne pensions pas, en choisissant ce thème il y a deux ans, que nous serions dans une actualité si dense.

Partout les libertés sont menacées. A travers la culture et en créant du lien entre les artistes et les habitants, Bordeaux, ville des lumières, réaffirme son attachement à la liberté sous toutes ses formes.

 

Au-delà d’un simple événement, la saison est d’abord un outil d’innovation artistique au service de notre ville. Elle vise aussi à écrire un récit partagé entre toutes les forces mobilisées. Je pense ici aux artistes venus d’ailleurs comme les designers italiens du mouvement Memphis, l’espagnol Gonzalo Borondo à qui nous avons confié le temple des Chartrons ou encore à la japonaise Takako Saito qui propose une performance exceptionnelle au CAPC. Mais je pense aussi à nos forces locales qui ont une place importante dans cette programmation avec Leo Valls, skateur reconnu, qui a imaginé un parcours dans la ville,  tous les festivals d’été ou bien encore le Week End de l’Art contemporain (WAC). Mais l’heure n’est pas encore au bilan !

 

Pour ne pas manquer les prochains événements, je vous invite à aller découvrir rue du Loup le QG de la saison, « l’Ambassade » qui s’installe dans le cadre exceptionnel de l’Hôtel de Ragueneau. Cette Ambassade pourra vous fournir toutes les informations sur la saison et accueillera par ailleurs sa propre programmation artistique.

 

Jusqu’au 20 août, l’effervescence se poursuit. Si vous ne l’avez pas encore découvert, il est indispensable de se rendre à la galerie des Beaux-Arts pour l’un des événements phare de cette saison, l’exposition « La passion de la Liberté. Des lumières au Romantisme. ».

Cette exposition inaugure un partenariat triennal inédit entre la Ville de Bordeaux et le musée du Louvre. Elle invite le public à s’interroger sur le concept de liberté, aux sens philosophique, politique, idéologique, social et économique, dans les arts à une époque nourrie par les idéaux de progrès, de raison et d’ouverture des Lumières.

 

A Bordeaux, un bel été s’annonce… en liberté !

Un nouveau lieu culturel et associatif à Nansouty St-Genès ?

Madame Sylvaine Marandon, résidente du 49 rue Dubourdieu, habitante engagée dans la vie du quartier Nansouty Saint-Genès, a souhaité, par dispositions testamentaires, aider la municipalité à favoriser le développement des associations de notre ville et renforcer l’offre culturelle de proximité.

En effet, Madame Marandon a très généreusement consenti à la Ville de Bordeaux le legs de sa maison d’habitation, sise 49 rue Dubourdieu. Ce legs est assorti du souhait d’y établir « une maison de quartier destinée principalement à des réunions culturelles et citoyennes ».

Nicolas Florian, maire de Bordeaux, a été très touché par ce legs que la mairie a accepté. Nous devons maintenant respecter le souhait de Madame Marandon. Pour ce faire, j’ai souhaité l’inscrire dans une démarche concertée avec les habitants du quartier.

En accord avec l’exécuteur testamentaire et la légataire universelle, la Ville de Bordeaux a proposé une mise à disposition du lieu à plusieurs associations socioculturelles qu’elle soutient et œuvrant dans le domaine de l’équité culturelle.

Ce lieu a pour vocation de mettre en valeur l’identité du quartier, son dynamisme et son énergie. Les associations culturelles devront agir en ce sens et au plus près des habitants et des partenaires locaux.

J’ai ainsi le plaisir de vous convier le 14 mai à 18h30 à une visite du lieu et à 19h à un échange au club senior Dubourdieu sur le devenir de cette maison.

En espérant vous compter parmi nous,

Fabien ROBERT