Bordelaises, Bordelais,

Dimanche 24 avril, la nation tout entière devra faire un choix crucial. Vingt ans jour pour jour après l’accession de Jean-Marie Le Pen au second tour de l’élection présidentielle, je mʼadresse aujourdʼhui à vous parce que je pense que lʼessentiel est en jeu. Je le fais dans lʼespoir que mes arguments vous convaincrontde faire le choix de l’optimisme et du progrès, tout en respectant la décision de chacune et de chacun dʼentre vous.

J’ai voté pour Emmanuel Macron, comme plus de 33 % des Bordelaises et des Bordelais, parce qu’il a fait face avec courage et efficacité à trois crises majeures, parce quʼil a obtenu des résultats en matière économique (le chômage a très fortement diminué et des usines rouvrent en France) et parce quʼil a entrepris des réformes auxquelles plus personne ne croyait (réforme du code du travail, suppression de la taxe dʼhabitation, prélèvement à la source ou bien encore frais optiques et dentaires remboursés à 100%). Ce bilan est réel mais imparfait. J’ai sincèrement conscience des insatisfactions et des colères. Beaucoup d’entre vous ne se sentent plus écoutés et considérés.

Mais si le premier tour est celui de la conviction, le second tour est celui de la raison. Aussi, je veux m’adresser tout spécialement à celles et ceux qui n’ont voté ni pour Emmanuel Macron, ni pour Marine Le Pen. Je connais la colère des lendemains de défaite électorale mais, avec gravité, je veux vous dire que notre pays, la France, est proche d’un accident politique majeur. Jamais l’élection présidentielle française n’est apparue si imprévisible et si dangereuse. Malgré ce contexte, nous sommes nombreux à être dʼaccords sur lʼessentiel : l’égalité des droits, le respect de la différence, l’État de droit et notre destin européen.

Lʼélection de Marine Le Pen à la Présidence de la République serait :

– une catastrophe économique dʼabord car le programme de l’extrême-droite, cʼest 87 milliards d’euros de dépenses supplémentaires. Nos finances publiques, durement mais utilement mobilisées pourprotéger les Français du Covid, ne supporteront pas cette charge supplémentaire. Qui va payer ? Nous tous, en impôts et charges supplémentaires et en pouvoir d’achat diminué. La crédibilité économique de la France sera durablement dégradée ;

une catastrophe patriotique ensuite car les prises de position répétées de Marine Le Pen en faveur de Vladimir Poutine (comme les 8 millions dʼeuros que son parti doit rembourser à une banque proche du Président russe), doivent nous faire craindre pour lʼindépendance de la France. Qui veut prendre le risque de confier le commandement de nos armées à une Présidente sous influence directe d’une puissance étrangère belliqueuse ?

Je n’ai pas envie que la France tourne le dos à l’Europe pour rejoindre l’internationale des populistes. Je nʼai pas envie que la France cesse de soutenir le peuple libre dʼUkraine qui se bat courageusement pour défendre ce que nous avons de plus cher : la liberté.

-enfin, une catastrophe humaine avec lʼapplication de mesures illégales, brutales et inhumaines,fondées comme toujours avec lʼextrême-droite, sur le refus de la différence. Cela diviserait violemment la société française.

Non, Marine Le Pen et surtout son programme n’ont pas changé.

Je vous invite donc à vous mobiliser, par conviction et par raison, le dimanche 24 avril en votant pour Emmanuel Macron.

Bordeaux nature

En 2001, le premier plan vert définissait le programme de développement de la nature dans le cadre du projet urbain présenté par Alain Juppé. 16 000 arbres seront plantés durant cette période, soit environ 941 arbres/an. Parmi, les projets de plantation majeurs, quelques exemples : les quais et la promenade Corajoud, les plantations en accompagnement du tramway, les Zac Cœur de Bastide, le parc aux Angéliques, la rénovation du parc Bordelais et du Jardin Public, la création du jardin botanique à la Bastide, le parking du parc floral, le parvis du parc des expositions…

Bordeaux compte déjà près de 46 000 arbres. Il est cependant indispensable de renforcer la place de l’arbre dans notre ville pour répondre à l’urgence climatique, rafraîchir l’air ambiant et lutter contre les îlots de chaleur, améliorer la qualité de l’air, atténuer les bruits ambiants, préserver la biodiversité, favoriser le lien social…

C’est le sens de la feuille de route présentée par Nicolas Florian, Maire de Bordeaux, en juillet 2019. Au total, entre les projets en cours et ceux que nous propositions, c’est 78 ha d’espaces verts supplémentaires qui pourraient être créés.

Aujourd’hui, le groupe « Bordeaux ensemble » réaffirme que la « Nature en ville » est au cœur des enjeux contemporains et propose de poursuivre cette dynamique grâce à une contribution collective et partagée avec les forces vives de la cité.

 

Synthèse des principales propositions du groupe « Bordeaux Ensemble »

 

  1. Créer 78 ha de nouveaux espaces verts, naturels et agricoles d’ici 2030
  2. Ouvrir l’ensemble des parcs et jardins jusqu’à 22h entre 15 juin et le 15 septembre
  3. Planter 20 000 arbres d’ici 2025
  4. Réaliser des micro-forêts type « Miyawaki »
  5. Poursuivre le réaménagement végétal d’espaces publics majeurs : pl. Pey Berland, Saint-Projet, Victoire, Allées Serr
  6. Initié un programme « Canopée pour tous » pour que la ville fournisse des arbres à toutes celles et ceux qui souhaitent planter dans leurs jardins
  7. Mettre en place un suivi de l’indice de canopée (surface de la couverture arborée présente sur les espaces publics et privés)
  8. Développer l’agriculture et les vergers urbains
  9. Imposer une part de végétalisation et de désimperméabilisation des sols dans tous projets de requalification de voirie
  10. Aménager et renaturer les sous-bois des Quinconces
  11. Doubler le nombre de jardins potagers dans Bordeaux et étudier la création d’une ferme potagère sur le toit de la Base sous-marine
  12. Lutter plus efficacement contre la prolifération des moustiques
  13. Objectif 100% d’eau non potable pour arroser

>>> Consulter la contribution complète !

Une nécessaire soutien aux acteurs culturels face à la crise

Les mesures prises par l’Etat pour ralentir la propagation du COVID 19 et organiser la solidarité nationale ne peuvent être discutées, elles doivent être appliquées.

Cependant, une crainte légitime s’empare du monde culturel. Elle est notamment relayée par les acteurs culturels indépendants lyonnais dans une tribune. Le sentiment est sans doute identique pour les acteurs bordelais. Cet appel doit être pris au sérieux et entendu.

Des mesures de sauvegarde et de protection de notre tissu social et artistique devront être prises pour que les artistes et entrepreneurs culturels ne soient pas les grands oubliés de cette crise sanitaire grave.

 

 

 

 

Le MoDem au cœur des territoires girondins.

En Gironde, le Mouvement Démocrate est présent pour soutenir de nombreux candidats lors des élections municipales des 15 et 22 mars prochains. Notre mouvement a toujours eu au cœur de ses convictions la défense des territoires. L’esprit Girondin qui nous anime se matérialise aujourd’hui à travers ce maillage territorial qui nous permet de porter nos valeurs dans de nombreuses communes de notre département.

Lors de ces élections, nous souhaitons soutenir la cohérence d’un projet de proximité au-delà des calculs partisans. Ainsi, à l’heure où les divisions s’intensifient, nous avons choisi le rassemblement.

C’est l’objectif que nous nous étions fixé en présentant en novembre dernier la plateforme « Les Girondins ». C’est sous ce nom que nous avons souhaité nous rassembler avec Agir et le Mouvement Radical, animé par le même esprit de réforme, de synthèse et de modération. Cette alliance vise à créer un nouveau modèle d’entente politique au service des populations de tous les territoires qui perdurera au-delà de cette échéance.

Ces élections, au plus proche des citoyens, sont aussi l’opportunité de créer une nouvelle confiance avec les décideurs politiques. Dans chaque programme, dans chaque proposition, le MoDem souhaite faire confiance aux citoyens. Il est nécessaire de les inciter à prendre la parole, à s’investir pour leur quartier, pour leur ville. Nous sommes convaincus que la proximité d’un maire peut retisser ce lien entre les habitants et le politique.

Partout en Gironde, le MoDem est fier d’accompagner des candidats compétents, capables de relever les défis environnementaux, démocratiques et sociaux de leur ville.

Découvrez ci-dessous les candidats que nous soutenons :

Rétablir la vérité sur les logements vacants à Bordeaux

Au cœur des programmes logement de certains candidats, les logements vacants semblent être la solution idéale pour résoudre les problèmes que connait le marché de l’immobilier à Bordeaux. Pourtant les chiffres annoncés sont souvent inexacts. Explication.

Lors du débat sur LCI ou encore dans leur programme les contradicteurs du Maire de Bordeaux Nicolas Florian, ont avancé le chiffre de 10 000 logements vacants à Bordeaux. Si le chiffre n’est pas inexact, il est faux de dire que la ville peut agir sur ces 10 000 logements vacants. En effet, la définition de l’INSEE est floue sur le sujet et l’institut le reconnait volontiers. Un logement proposé à la vente ou à la location, un logement déjà attribué ou encore un logement en attente de règlement de succession par exemple entre dans les calculs de l’INSEE. Or ces logements ne sont vacants que temporairement.
Selon le fichier des logements par communes (FILOCOM), qui sert de base au ministère du logement, la vacance structurelle (plus de 1 an) concerne 5 099 logements à Bordeaux, soit 3,3% du parc, ce qui est très faible. La vacance de plus de 3 ans, est de 1 600 logements, soit environ 1%.

Les chiffres avancés par T. Cazenave et P. Hurmic concernent tous les logements vacants au 1er janvier d’une année peu importe la durée et la raison de cette vacance. La majorité le sont temporairement. Une politique publique de réduction des logements vacants est efficace lorsqu’elle se concentre sur les causes structurelles, les autres reflétant d’un fonctionnement normal du marché du logement.

Plusieurs mesures ont déjà été adoptées pour lutter contre les logements vacants.
Une taxe sur les logements vacants est appliquée à Bordeaux. Aujourd’hui 4 180 logements (soit de l’ordre de 3% du parc) sont frappés par cette taxe. Cette statistique vient confirmer les chiffres utilisés par Nicolas Florian.
De plus, Bordeaux Métropole offre une aide au financement de travaux pour les propriétaires afin de remettre sur le marché un logement vacant.

Pour résoudre les problèmes sur le marché de l’immobilier, Nicolas Florian propose
• La mise en place un « permis de louer » sur le parc ancien dans certains quartiers pour lutter contre l’habitat indigne, en imposant aux propriétaires l’entretien de leurs biens.
• D’imposer aux promoteurs immobiliers des « prix de sortie » à 3 000 euros le m² sur les nouvelles opérations de construction.
• De faciliter l’acquisition de logements abordables en dissociant le foncier et le bâti grâce à l’Office Foncier Solidaire limitant ainsi la spéculation foncière.
• De simplifier et améliorer la lisibilité du Plan Local d’Urbanisme (PLU).
• De renforcer les contrôles des locations saisonnières.

Restitution – Collectif Pour Bordeaux

Après deux années de réflexion, le collectif « Pour Bordeaux » a remis à Nicolas Florian, Maire de Bordeaux, sa contribution au projet qu’il défendra lors des élections municipales des 15 et 22 mars.

Formé autour de Fabien Robert, le collectif a multiplié les réunions thématiques avec des personnalités engagés pour Bordeaux. Le retour d’expert sur des sujets importants pour la ville a permis aux membres d’affiner leurs connaissances sur divers sujets. Le temps du questionnement est ensuite venu pour aborder les problématiques en profondeur et cerner les conséquences de chaque choix politiques. Au terme de nombreux débats, des propositions émergent et font consensus.

Dès le début, la ligne directrice était définie : le collectif souhaite incarner une politique progressiste et réformatrice.

De ces réflexions, 6 thèmes ont émergé et permettent d’accueillir la majorité des propositions formulées par le collectif « Pour Bordeaux ». A cela s’ajoute deux fils rouge. Le premier, une méthode pour l’exercice de la démocratie; le second, un engagement pour moderniser le service public.

Ces propositions ne constituent pas un projet pour Bordeaux, elles n’ont pas vocation à être exhaustive. Elles sont une contribution au projet de Nicolas Florian. Le collectif a en effet présenté l’ensemble de ses propositions au Maire de Bordeaux lors d’une soirée de restitution. Les échanges se sont poursuivis jusque tard dans la soirée et ont permis au candidat de prendre connaissance du travail réalisé par le collectif durant ces deux années. Certaines de ces propositions seront intégrées dans le projet que Nicolas Florian défendra pour Bordeaux.

Retrouvez l’ensemble des propositions sur notre site

Bordeaux, ville de cultures – 30 propositions pour la culture, les artistes et le patrimoine

« Ces dernières années, l’offre culturelle bordelaise s’est considérablement transformée et diversifiée. Dans la continuité de cette action, je souhaite fixer de nouvelles priorités pour rendre la culture plus accessible et améliorer la condition des artistes et des auteurs dans notre ville. Je m’engage à organiser dès juin 2020 les « Etats Généraux des arts, de la culture et du patrimoine » pour co-construire notre nouveau Document d’Orientation Culturelle »

Nicolas Florian, Maire de Bordeaux

 

Après la signature d’une tribune par une cinquantaine d’acteurs culturels bordelais appelant la politique culturelle municipale à “répondre aux besoins ou attentes de l’ensemble de la population et être un outil de sa cohésion”, Nicolas Florian détaillait aujourd’hui ses 30 propositions pour la culture, les artistes et le patrimoine

LA CULTURE ACCESSIBLE A TOUS : S’ENGAGER POUR LES DROITS CULTURELS

1. Créer un orchestre d’enfants par quartier grâce au Conservatoire

2. Proposer à 100% des enfants bordelais une action d’éducation artistique et culturelle

3. Proposer un 2d dimanche gratuit dans les musées

4. Créer un service municipal de médiation présent dans tous les quartiers, chargé de faire le lien entre l’offre culturelle et le public

5. Favoriser la diffusion artistique dans l’espace public et soutenir l’émergence en créant un réseau d’espaces municipaux dédiés (Théâtre Inox, Pergola…)

6. Encourager et valoriser les pratiques amateurs grâce à des « conservatoires » dédiés aux arts vivants dans les quartiers, en lien avec les centres d’animation et les maisons de quartier

7. Installer et rénover l’Ecole du cirque de Bordeaux et la Cie Bivouac dans le quartier des Aubiers afin d’en faire un pôle d’excellence ouvert sur le quartier

8. Faire du square Dom Bedos à Bordeaux Sud une « halle des arts »

9. Soutenir la création d’un portail métropolitain de l’offre culturelle pour informer les habitants sur offres de spectacles, d’expos, formations artistiques… avec un focus sur les propositions pour les enfants

10. Reconnaître à chacun des « droits culturels » :

– en créant un appel à projet “Culture(s) et solidarités” afin de toucher des personnes éloignées de la pratique culturelle et de l’offre existante

– en ouvrant le budget participatif aux projets culturels – en rénovant les bibliothèques de quartier (Bacalan et Jardin Public), véritables lieux de mixité sociale

11. Créer un nouveau pôle culturel à La Benauge avec la bibliothèque, l’antenne du Conservatoire et un nouveau théâtre sur la rive droite

 

SOUTENIR LES ARTISTES, LA CREATION, L’INNOVATION ET L’EMERGENCE

12. Pérenniser et maintenir les crédits du Fonds d’aide à la création, la production et l’innovation au service de toutes les disciplines artistiques

13. Renforcer le soutien au spectacle vivant (théâtre, danse, cirque) insuffisamment présent dans la Métropole en créant notamment un lieu de FABrique, en rénovant le Glob Théâtre aux Chartrons et la Manufacture à Bordeaux Sud

14. Créer une « maison des artistes-auteurs », pluridisciplinaire, avec des bourses et des résidences

15. Ouvrir les « Bassins de Lumière », centre d’art numérique dans la Base Sous-Marine à Bordeaux Maritime (17 avril 2020)

16. Créer une pépinière d’entreprises culturelles à Saint-Genès proposant des bureaux et un accompagnement à la structuration

17. Permettre aux artistes de travailler et de se loger dans Bordeaux en créant de nouveaux logements et ateliers dans les quartiers

18. Rénover la Rock School Barbey pour en faire un lieu ouvert et un incubateur de la création musicale au service de toutes les musiques amplifiées

19. Mieux accompagner les festivals et évènements, notamment en adaptant les horaires de transport en commun

20. Refonder l’Escale du Livre, notre salon du livre au cœur d’un monde littéraire et de l’édition toujours plus dynamique

21. Créer un lieu dédié au cinéma et à la photographie, qui s’appuiera sur un espace de diffusion, d’exposition, de formation, de réflexion & de rencontres autour de l’image et de l’image en mouvement

 

RENFORCER NOS INSTITUTIONS, VALORISER NOTRE PATRIMOINE

22. Faire du Musée d’Aquitaine un véritable « musée-monde » ouvert sur la cité et porteur d’un message universel et civilisationnel grâce à ses collections très diversifiées et au tombeau présumé de Michel de Montaigne

23. Accueillir la « Maison du dessin de presse et de la caricature » voulue par le Ministère de la Culture dans l’hôtel de Ragueneau, en centre-ville, en proposant notamment un toit aux artistes menacés dans leur pays

24. Pérenniser l’organisation des saisons culturelles biennales, sur un thème fédérateur (« Bienvenue » en 2021)

25. Soutenir nos institutions d’excellence (Opéra National, Théâtre National de Bordeaux Aquitaine, Arc en Rêve-Centre d’Architecture, Musée des Beaux-Arts…) qui doivent s’ouvrir toujours plus fortement sur la cité et toucher de nouveaux publics, notamment les plus jeunes

26. Rapprocher le Jardin botanique à La Bastide et le Muséum au Jardin Public, avec deux sites de part et d’autre de la Garonne, pour vulgariser la culture scientifique et donner une lecture du vivant et de la biodiversité à l’heure où notre planète est menacée

27. Engager un nouveau plan de rénovation du patrimoine bordelais pour le rendre accessible à tous, et démarrer la rénovation de la flèche Saint-Michel, de l’orgue de l’église Saint-Paul…

28. Rénover l’Ecole Supérieure des Beaux-Arts qui forme les plasticiens et designers de demain

29. Affirmer le rôle majeur du Musée des arts décoratifs et du design grâce à des travaux de restructuration pour en faire un lieu de référence en matière de design

30. Ecrire une nouvelle page de l’histoire du CAPC grâce à l’arrivée d’une nouvelle directrice pour renforcer son rôle de centre/musée d’art contemporain ouvert sur la ville et accessible au plus grand nombre

Les Girondins

Les Girondins. C’est sous ce nom que nous avons souhaité nous rassembler. Accompagné d’Agir et du Parti Radical, le MoDem Gironde a présenté aujourd’hui sa plateforme d’union qui répond à deux objectifs.

Soutien au président Emmanuel Macron et à l’action du gouvernement.

Lors de l’élection présidentielle puis lors des élections européennes, nous avons soutenu le projet porté par Emmanuel Macron. Nos partis, de tradition modérée et centriste souhaitent affirmer ensemble leur volonté de voir la réussite de ce gouvernement porté par Edouard Philippe. Nous félicitons aussi l’ambition présidentielle, soulignée par l’acte deux du quinquennat, qui veut replacer les territoires et la cohésion sociale au cœur du projet. Nous souhaitons faire perdurer un certain « esprit girondin » cher à l’histoire de notre territoire. La vision centralisée, uniformisée, jacobine ne sera jamais dans notre ADN.

Soutien à 40 Maires ou candidats pour les élections municipales.

Nous construisons aussi cette alliance pour le territoire girondin. Une nécessité selon nous dans le cadre d’une élection municipale. Lors de ces élections, nous souhaitons soutenir la cohérence d’un projet de proximité au-delà des calculs partisans. Ainsi, à l’heure où les divisions s’intensifient, nous avons choisi le rassemblement. C’est un esprit réformiste, de synthèse et de modération que nous souhaitons incarner avec « Les Girondins ». Une première liste (qui en appelle d’autres) de 41 noms a été dévoilée. Maires ou candidats, nous les soutiendrons pour les élections municipales de mars 2020. Cette alliance vise à porter un nouveau modèle d’entente politique au service des populations de tous les territoires.